Ressources COVID-19

Toutes les ressources utiles pour commencer à téléconsulter pour le COVID-19
Retour
Soignants à risque d'infection sévère
27/3/2020
Protection

Concernant les personnels soignants présentant un risque d’infection grave au COVID-19+ les recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique au 14 mars 2020 sont les suivantes :

Personnels concernés :

- Soignants âgées de 70 ans et plus ( Les personnes entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée)

- ATCD cardiovasculaires : HTA compliquée, AVC,coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisancecardiaque stade NYHA III ou IV

- DID non équilibré ou compliqué

- Pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale

- IRC chronique dialysée

- Cancer sous traitement

- Immunodépression congénitale ou acquise (chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie, corticothérapie à dose immunosuppressive, infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4 <200/mm3, consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques, liée à une hémopathie maligne en cours de traitement, splénectomie)

- Cirrhose au stade B de la classification de Child-Pugh au moins

- Obésité morbide (IMC> 40 kg/m2)

- Troisième trimestre de la grossesse.

Ces personnels soignants présentant un risque d’infection grave au Covid-19 doivent pouvoir bénéficier des mesures de protection suivante dans le cadre de leur exercice professionnel :

- Les retirer dans la mesure du possible des services à risque : service d’urgence, service de réanimation, service d’accueil.

- Dans le cas contraire, il convient d’éviter le contact avec des patients dont le diagnostic biologique n’aurait pas été fait. Ce point est particulièrement important en phase épidémique.

Des mesures de prévention renforcées doivent être adoptées pour ces personnes :

- Renforcer les consignes (cf. recommandation d’hygiène des mains).

- Port d’un masque chirurgical toute la journée dans le respect des conditions d’utilisation, de tolérance et de changement/manipulation.

- Mettre en place une double barrière (port d’un masque par le patient présentant des signes d’infections respiratoire et parle soignant).

- Considérer que le masque de protection respiratoire filtrant FFP2 est difficile à porter toute la journée et qu’un masque chirurgical bien porté est plus adapté qu’un masque FFP2 incorrectement porté.

- Réserver les masques FFP2 aux situations d’exposition particulière à risque (intubation,ventilation, prélèvement respiratoires, endoscopies, kinésithérapie…) ou exclure ces personnels de ces taches particulières.

Si des soignants à risque de forme grave de COVID-19 présentent des symptômes :

- Appel du 15,

- Ou gestion par l’infectiologue REB ET le référent en santé au travail

- Nécessité de prélèvements, même en phase 3, sauf si techniquement impossible (virologie débordée, non livraison de réactifs...)

Suivi de ces personnels soignants contacts exposés via une auto surveillance :

- Le masque chirurgical doit être porté pendant 14 jours avec prise biquotidienne de la température. Ces personnels soignants à risque doivent avoir à leur disposition un contact téléphonique et doivent appeler dès l’apparition de symptômes.

- Il est proposé que les médecins de la médecine du travail de l’établissement de santé de ces personnels soignants ou de l’établissement de référence du secteur dans lequel exercent ces personnels (établissement pilote du GHT, CHU, CHG…) opèrent un suivi régulier de ces personnels soignants contacts exposés.

Il est également indiqué que "La pertinence de ces mesures devra être évaluée au cas par cas en lien avec la médecine du travail de l’établissement en fonction de la gravité de la pathologie et de son évolutivité."